Qu’est-ce que le travail collaboratif ? 

Le travail collaboratif repose sur une coopération entre plusieurs personnes qui interagissent dans un but commun. 

Aujourd’hui, les pratiques collaboratives se situent au cœur de nos métiers d’archiviste et de gestionnaire de l’information. Ce n’est pas un fait nouveau mais, avec la transition numérique, la collaboration – que ce soit à l’échelle d’une équipe de travail, d’un organisme privé ou public, d’un secteur professionnel ou associatif, d’une communauté, et même de la société – est convoquée en tous sens. Ces pratiques ne sont pas nécessairement synonyme d’efficacité, d’efficience, ni de rapidité. Leurs résultats dépendent de la motivation des acteurs à collaborer, du nombre de ces acteurs, du temps qu’ils peuvent consacrer à ce travail et de leurs compétences.

L’Association des archivistes du Québec organise un colloque en ligne dont l’objectif est de documenter en profondeur la manière dont les pratiques collaboratives, quelle que soit leur forme, font évoluer les compétences professionnelles de l’archiviste. 

MODALITÉS D'INSCRIPTION ET TARIFS

L’inscription au colloque donne accès à toutes les activités de la journée: la conférence d’ouverture, les sessions thématiques, les conférences et la table-ronde de clôture.

Lorsque deux séances ont lieu en même temps, vous pouvez passer de l’une à l’autre en direct, et vous pourrez visionner plus tard l’enregistrement de celle que vous aurez manqué.

Les liens de connexion vous seront communiqués par courriel quelques jours avant le colloque.

Tarif non-membre  120 $ + taxes
Tarif membre  60 $ + taxes
Tarif membre retraité de l’AAQ  30 $ + taxes
Tarif membre étudiant et nouveau diplômé de l’AAQ  gratuit, inscription obligatoire

         8h00-9h00 CONFÉRENCE D’OUVERTURE

Métamorphoses et hybridations d’une archive numérique pour sa valorisation : vers des écosystèmes de connaissances – Samuel Szoniecky (Université Paris 8 – France)

À partir des résultats d’une recherche-action impliquant des étudiants de l’Université Paris et les Archives Nationales, Samuel Szoniecky proposera des pistes concrètes visant à apporter un éclairage sur les questions suivantes : Comment développer les compétences des étudiants tout en enrichissant nos connaissances sur les archives ? En quoi des systèmes d’informations numériques peuvent-ils faciliter l’émergence d’une intelligence collective ?

         9h15 – 10h45


SÉANCE A


SÉANCE B

« Les coulisses de plateformes citoyennes inédites »

(participation citoyenne, volet 1)

Quels sont les motivations et les défis liés à la collaboration dans un projet de participation citoyenne? Retour d’expériences.

Christian Boudreau (Le Chronoscope)
Florence Gillet  (CegeSoma – Belgique)
Natalie Vaillancourt (BanQ)

« Le travail collaboratif au service de la gestion documentaire »

Quels sont les enjeux liés au déploiement de projets de gestion documentaire dans des contextes de travail collaboratif? Trois cas concrets.

Sophie Bélanger (OIIQ)
Natalie Bissonnette (Cofomo)
Patricia Choppinet (Archives Fransaskoises) et Florence Ott (Université de Moncton)

   11h00 – 12h00


« Coconstruire des logiciels libres de gestion et de traitement d’archives »

Quels sont l’esprit et la démarche qui entourent la co-construction des logiciels libres de gestion et de traitement d’archives, avec leur communauté d’utilisateurs? Approches croisées.

Dominique Deslandres (Université de Montréal)
Chloé Moser (Archifiltre – France)


« Les pratiques collaboratives en archivistique : vers une redéfinition de la mission de l’archiviste »

Qu’est-ce qu’un portrait des pratiques collaboratives en archivistique telles qu’elles se manifestent dans les contextes gouvernemental et culturel, nous apprend sur la manière dont l’archiviste s’y taillera une place?

Siham Alaoui (Université Laval)

12h00 – 13h00 // PAUSE DINER

13h00-14h45


« Veille, réseaux et transmissions »

Pourquoi et comment partager, suivre l’actualité, échanger et débattre quand on est archiviste? Quelle place cette veille occupe-t-elle dans nos pratiques professionnelles?

Julien Benedetti (@macgraveur sur Twitter – France)
Florian Delabie (Archiveilleurs – Belgique)
David Rajotte (Nouvelles du patrimoine documentaire et Nouvelles archivistiques francophones)
Claude Roberto (PIAF – Vancouver)


« Les archives au cœur de la participation citoyenne »

(participation citoyenne, volet 2)

Quelles sont les opportunités que la participation citoyenne offre aux archivistes et comment valider la démarche, à ses différentes étapes?

Floriane Azoulay (#Everynamecounts – Allemagne)
Pauline Charbonnier (Testaments de poilus – France)
Jessica Ouvrard, Mathieu Sabourin (BAC)

15h00-16h00


« Des chantiers d’archives collaboratifs orientés vers les citoyens »

En partant d’un survol des différents chantiers physiques et numériques collaboratifs réalisés au cours des dernières années au sein du secteur (Archives, documentation et photographie du MNBAQ), quel regard peut-on porter sur la transformation numérique de l’institution afin de se rapprocher de ses usagers naturels mais aussi du grand public?

Nathalie Thibault (MNBAQ)

“Collaborative practices: The philosophy behind open-source software projects AtoM and Archivematica and their real world application at the NCTR Archives”

Quelles sont la philosophie et les pratiques d’Artefactual en matière de travail collaboratif? Et comment les archives du Centre national pour la vérité et la réconciliation ont-elles pu concrètement inclure ces logiciels libres dans leur travail?

Raymond Frogner (NCTR – Winnipeg)
Jennifer Robert (Artefactual – Vancouver)

*Conférence en anglais, avec service d’interprète simultané*

16h15-17h30 TABLE-RONDE DE CLÔTURE

« Pratiques collaboratives, compétences et formation »

Quelles sont les exigences en matière de compétences et de formation liées aux pratiques collaboratives multiformes qui sont désormais notre quotidien ? Comment les institutions d’enseignement et de recherche, les associations professionnelles, les collectivités de patrimoine documentaire entendent accompagner cette transformation professionnelle ? Quels dispositifs peut-on imaginer pour renforcer la posture de l’archiviste dans le travail collaboratif? Chacun à son tour, les intervenants seront invités à apporter un ou deux éléments de réponse, selon leur point de vue, pour ensuite élargir la discussion avec le public.

Julien Bréard (AAQ)
Martine Cardin (Université Laval)
Marie Grégoire (BAnQ)
Carole Urbain (Université McGill)

Animée par Louis Germain, directeur général de l’AAQ