Allocution de BAnQ “Le devoir de mémoire et le droit de savoir : pragmatisme et continuité” | 26 mai 2021

0.00$

Le devoir de mémoire et le droit de savoir : pragmatisme et continuité, par Hélène Laverdure

Depuis la création des Archives nationales du Québec en 1920, 11 conservateurs et conservatrices se sont succédé. À la lumière de sa propre expérience et de la réalité d’aujourd’hui, la conférencière jettera un regard rétrospectif sur le chemin parcouru depuis 100 ans. Elle évoquera le rôle déterminant qu’ont joué ses prédécesseurs à la tête de cette grande institution nationale et le précieux héritage qu’ils ont légué à la société québécoise. Elle démontrera aussi que l’histoire des Archives nationales s’est déroulée en parallèle au développement de la profession et à la constitution d’un écosystème archivistique québécois riche et dynamique résolument tourné vers l’avenir.

Catégorie :

Description

Le devoir de mémoire et le droit de savoir : pragmatisme et continuité

Allocution de Mme Hélène Laverdure, conservatrice et directrice générale des Archives nationales du Québec | BAnQ

Depuis la création des Archives nationales du Québec en 1920, 11 conservateurs et conservatrices se sont succédé. À la lumière de sa propre expérience et de la réalité d’aujourd’hui, la conférencière jettera un regard rétrospectif sur le chemin parcouru depuis 100 ans. Elle évoquera le rôle déterminant qu’ont joué ses prédécesseurs à la tête de cette grande institution nationale et le précieux héritage qu’ils ont légué à la société québécoise. Elle démontrera aussi que l’histoire des Archives nationales s’est déroulée en parallèle au développement de la profession et à la constitution d’un écosystème archivistique québécois riche et dynamique résolument tourné vers l’avenir.

Pour les besoins de la présentation, les 100 ans d’histoire des Archives nationales ont été divisés en cinq périodes chronologiques, chacune d’elles se caractérisant par un contexte social qui lui est propre :

  • 1920-1963 : l’institutionnalisation des archives historiques;
  • 1963-1980 : la réforme administrative de l’administration publique (prise 1) : la régionalisation des services et les nouvelles archives;
  • 1980-2000 : les efforts des années antérieures récompensés : législation, normalisation des pratiques, nouveaux bâtiments, etc.;
  • 2000-2015 : l’élargissement du périmètre culturel;
  • 2015-2021 : la réforme administrative de l’administration publique (prise 2) : la transformation numérique de la société… et de l’État.

La conférencière abordera aussi la question complexe de l’avènement de l’ère numérique et de son effet indéniable sur les pratiques archivistiques. Avec l’émergence de l’intelligence artificielle et de toutes ses déclinaisons, passerons-nous de gestionnaire de l’information à gestionnaire de données? Consciente de l’importance de cette question, BAnQ souhaite se positionner comme partenaire indispensable à l’accès, à l’exploitation et à la protection d’une information gouvernementale de qualité centrée sur le citoyen d’aujourd’hui et de demain de manière à garantir à tous le droit au savoir et son rôle de gardienne de la mémoire collective.

Biographie de la conférencière:

Hélène Laverdure commence sa carrière en gestion documentaire dans les commissions scolaires, de 1985 à 1992, et à la Communauté urbaine de Québec jusqu’en 1999. Elle fait ensuite son entrée au Gouvernement du Québec, où elle est responsable d’un projet de numérisation et de diffusion de documents au ministère du Travail jusqu’à l’automne 2005. Elle poursuit sa carrière au ministère des Transports tout d’abord à titre de chef de projet et ensuite comme gestionnaire dans le domaine de la gestion de l’information. En 2012, elle est recrutée par la Ville de Québec à titre de directrice de la Division de la gestion des documents et des archives. Elle est conservatrice et directrice générale des Archives nationales du Québec depuis le 31 août 2015.

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Allocution de BAnQ “Le devoir de mémoire et le droit de savoir : pragmatisme et continuité” | 26 mai 2021”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *