Vous voulez profitez de rabais offerts par l'AAQ? Devenez membre! Si vous l'êtes déjà, connectez-vous.

Table-ronde “Les archives de la pandémie et du confinement. Retours sur des expériences inédites de collecte” | 28 mai 2021

130.00$

Table-ronde : Les archives de la pandémie et du confinement. Retours sur des expériences inédites de collecte

Depuis mars 2020, avec la crise sanitaire et sociale provoquée par la pandémie de Covid-19, le rôle sociétal des archives, sans être modifié, prend une résonance toute particulière : les gestionnaires de l’information et les archivistes documentent les réponses données à la crise, en préservant et en donnant accès de manière fiable aux documents essentiels, à l’échelle des organismes publics et privés, mais aussi en collectant dans la société les sources primaires qui serviront plus tard à élaborer la trame historique de cette période exceptionnelle. En particulier, la pandémie, et les épisodes de confinement/déconfinement que nous vivons, ont inspiré aux archivistes du monde entier des initiatives inédites de collecte d’archives : récolte de sources orales ; appel à contributions visant à recueillir la mémoire d’expériences et de vécus communs ou individuels, sous la forme de traces matérielles, d’images, de vidéos, de messages écrits ou audios ; archivage du web et des médias sociaux, etc. Quels objectifs animent le lancement de ces projets? Comment l’archiviste relève-t-il concrètement les défis liés à la préservation, à la gestion du volume et à la complexité technique des sources primaires nativement numériques? De quelles manières ces expériences inédites contribuent-elles à interroger la profession d’archiviste et sa place dans l’espace public et la société en général? Quels sont les enjeux liés à la mission essentielle des archivistes de documenter les temps de crise?

Rupture de stock

Catégorie :

Table-ronde : Les archives de la pandémie et du confinement. Retours sur des expériences inédites de collecte

Depuis mars 2020, avec la crise sanitaire et sociale provoquée par la pandémie de Covid-19, le rôle sociétal des archives, sans être modifié, prend une résonance toute particulière : les gestionnaires de l’information et les archivistes documentent les réponses données à la crise, en préservant et en donnant accès de manière fiable aux documents essentiels, à l’échelle des organismes publics et privés, mais aussi en collectant dans la société les sources primaires qui serviront plus tard à élaborer la trame historique de cette période exceptionnelle. En particulier, la pandémie, et les épisodes de confinement/déconfinement que nous vivons, ont inspiré aux archivistes du monde entier des initiatives inédites de collecte d’archives : récolte de sources orales ; appel à contributions visant à recueillir la mémoire d’expériences et de vécus communs ou individuels, sous la forme de traces matérielles, d’images, de vidéos, de messages écrits ou audios ; archivage du web et des médias sociaux, etc. Quels objectifs animent le lancement de ces projets? Comment l’archiviste relève-t-il concrètement les défis liés à la préservation, à la gestion du volume et à la complexité technique des sources primaires nativement numériques? De quelles manières ces expériences inédites contribuent-elles à interroger la profession d’archiviste et sa place dans l’espace public et la société en général? Quels sont les enjeux liés à la mission essentielle des archivistes de documenter les temps de crise?

Animatrice: Taïk Bourhis

Biographies des intervenant·e·s

L'expérience belge : Sarah Lessire et Marie-Laurence Dubois.

Diplômée en Histoire, finalité archives, Sarah Lessire est coordinatrice au sein de l’Association des archivistes francophones de Belgique depuis 2019. Par sa fonction, elle suit donc de près les différents enjeux du secteur des archives en Belgique et participe aux négociations en faveur du secteur des archives.

Marie-Laurence Dubois est consultante indépendante en gestion documentaire et archivage managérial chez Valorescence. Diplômée en Bibliothéconomie-Documentation et en Management de l’information numérique, elle est par ailleurs professeure au sein de la spécialisation en gestion des ressources documentaires multimédia mise en place à l’Henallux-Namur. Depuis 2015, elle préside l’Association des archivistes francophones de Belgique.

L'expérience suisse: Alain Dubois.

Licencié ès Lettres de l’Université de Fribourg (2003) et diplômée de l’Ecole nationale des chartes (2007), Alain Dubois a été nommé Archiviste cantonal et directeur des Archives de l’Etat du Valais (Suisse) à compter du 1er octobre 2014 ; il a auparavant exercé la fonction d’archiviste en charge des projets de records management électronique et de préservation numérique. Il est depuis septembre 2019 le président de l’Association des archivistes suisses.

L'expérience française: Céline Guyon.

Après des études d’histoire et une spécialisation en archivistique, Céline Guyon rejoint, en 1998, le réseau des Archives publiques. Entre 2010 et 2011, elle participe à la conception du premier Système d’archivage électronique, au sein de l’équipe de la direction informatique du Département de l’Aube. En 2016, elle rejoint une structure coopérative spécialisée dans l’assistance à maîtrise d’ouvrage. Son activité d’enseignant-chercheur à l’ENSSIB où elle co-dirige le master Archives numériques lui permet de combiner une pratique de terrain avec une approche réflexive du métier et de la pratique archivistique française. Par son engagement associatif au sein de l’AAF, en tant qu’administratrice et tout récemment présidente, elle cherche à ouvrir des espaces de réflexion multi disciplinaires afin de penser collectivement la place des archives et des archivistes dans la société

L'expérience luxembourgeoise: Tizian Zumthurm

Tizian Zumthurm travaille comme post-doc au Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History (C²DH), où il est responsable pour la plateforme de collection covidmemory.lu. Il a fait son doctorat à Berne sur l'histoire de la médecine coloniale. Il étudie l'interaction entre la médecine et la société ainsi que le déroulement des crises sanitaires au niveau individuel et collectif. Il s'intéresse particulièrement au rôle des sciences historiques et des archives dans la formation des mémoires de ces processus.

L'expérience québécoise: Karine Foisy et Yves A. Lapointe.

Forte d’une expérience de 17 années dans le domaine pharmaceutique, Karine Foisy, après un changement de carrière, est maintenant archiviste au Centre d’archives de Vaudreuil-Soulanges et chargée de projets en gestion documentaire depuis 2018. Elle fait rayonner la profession dans la communauté par plusieurs projets tels que des événements, des expositions traditionnelles et virtuelles dans le but de sensibiliser la population à l’histoire de sa région. En plus, elle offre son expérience et son expertise aux organismes publics et privés souhaitant mieux gérer leurs documents. Désirant s’impliquer davantage dans le domaine qui la passionne, Madame Foisy est devenue, depuis 2020, présidente du Réseau des services d’archives du Québec, poste qui lui permet de partager sa réflexion sur le domaine archivistique et de faire avancer la cause. Bien que son bagage académique soit déjà bien rempli, étant diplômée de l’École des technologies supérieures en gestion et assurance de la qualité, mais aussi de l’Université du Québec à Montréal en gestion des documents et des archives, elle poursuit des études en histoire. Autodidacte, elle se passionne pour les nouvelles technologies, la photographie et le graphisme.

Yves A. Lapointe est directeur du service des archives et l’archiviste de l’Université McGill. Il détient un certificat en archivistique et une maîtrise en bibliothéconomie et sciences de l’information de l’Université de Montréal. Archiviste et conseiller auprès de nombreux organismes publics et privés, dont cinq universités depuis plus de vingt, il possède une expertise dans les systèmes de gestion documents d’activité. Il a notamment été archiviste et responsable de la gestion documentaire à Bibliothèque et Archives nationales du Québec, participant entre autres à l’implantation de la gestion intégrée des documents au sein de l’institution. Ses champs d'intérêt couvrent la gestion de l'information numérique, la gestion des documents essentiels, la sécurité de l'information, la place de la gestion des documents d'activité en gouvernance d'organismes et la préservation numérique.

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Table-ronde “Les archives de la pandémie et du confinement. Retours sur des expériences inédites de collecte” | 28 mai 2021”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *