Politique d’édition de la revue Archives

La revue Archives publie le résultat de recherches et de réflexions en ce qui a trait à la théorie et à la pratique archivistiques.

Le mandat principal de la revue est de contribuer au développement de l’archivistique et des sciences de l’information, tant du point de vue de la théorie que de la pratique, en offrant un espace de publication pour des recherches, des réflexions et des expériences professionnelles.

La revue Archives contribue également à la représentation de la communauté archivistique québécoise sur les scènes nationale et internationale.

Archives se veut un lieu de rencontre entre les différentes disciplines plus traditionnellement liées aux sciences de l’information tel que l’archivistique, la bibliothéconomie ou la gestion documentaire et les nouveaux enjeux comme la gestion des connaissances, la gestion du changement, la gestion des mégadonnées ou la gestion de contenus.

Normes de publication

Le comité de rédaction a le devoir de s’assurer de l’objectivité et la neutralité de l’auteur face au sujet abordé. Elle se donne donc le droit de refuser tout texte ne correspondant pas aux critères mentionnés.

 

  • publier des textes inédits en français et, exceptionnellement, des traductions de textes déjà publiés dont le contenu présente un intérêt fondamental pour la pratique archivistique
  • publier des textes de qualité tant par le fond que par la forme (structure qui facilite la lecture et qui suit le cheminement intellectuel de l’auteur, ton neutre et objectif)
  • publier des textes dont le sujet est pertinent pour la discipline et pour la profession
  • publier régulièrement une bibliographie pertinente pour la discipline et pour la profession
  • publier régulièrement un numéro thématique sur un sujet d’actualité contribuant au développement de la discipline et de la profession
  • exclure les présentations d’instruments de recherche et de fonds d’archives, de textes de loi, intégraux ou non, de même que de rapports et de mémoires, à l’exception de ceux de l’Association lorsque leur importance le justifie
Calendrier de publication

Publication du numéro 47-1 : septembre 2017 (complet)

Publication du numéro 47-2 : décembre 2017 (complet)

Date de tombée du volume 48-1 (printemps 2018) : 1er septembre 2017

Date de tombée du volume 48-2 (automne 2018) : 1er février 2018

Équipe de rédaction

Les membres du comité de la revue Archives ont pour mandat de vous accompagner dans la rédaction de vos textes et peuvent vous apporter une aide à la rédaction ou vous fournir les outils nécessaires. Pour tout commentaire ou question, pour soumettre un texte ou pour vous impliquer, n’hésitez donc pas à communiquer avec la rédaction

Contacter la rédaction

Guide de rédaction

Types de textes publiés

Il est possible de soumettre différents types de formats de texte pour la publication : des études, des notes et bilans d’expériences ainsi que des comptes rendus.

 

Études

Articles qui contribuent à l’avancement des connaissances en sciences de l’information en traitant d’un aspect des différentes disciplines qui y sont reliées et qui font état de son évolution, de ses questionnements ou des théories, principes, méthodes et techniques qui lui sont propres. Le mot études désigne des textes articulés et documentés qui exposent de façon scientifique une problématique théorique.

Notes et bilans d’expériences

Textes articulés et documentés qui exposent des problématiques s’appuyant sur la pratique ou les conclusions d’une réflexion sur celle-ci. Ils se distinguent d’une étude en ce que l’auteur se propose de partager son expérience à l’intérieur d’un milieu ou d’une pratique archivistique spécifique, ou encore, de manière plus générale, les réflexions auxquelles le conduit une telle expérience.

Comptes rendus

Comptes rendus critiques d’ouvrages de parution récente qui concernent des sujets touchants de près les préoccupations des archivistes. Avant de soumettre un compte rendu, communiquer avec le comité de la revue Archives, afin de s’assurer que l’ouvrage ne fait pas déjà partie d’un processus d’écriture.

Structure et contenu

Les comptes rendus se divisent en trois parties présentées dans l’ordre suivant : résumé de l’ouvrage, analyse critique et évaluation de l’ouvrage. Il importe aussi de fournir une description bibliographique complète de chaque ouvrage ou d’un site recensé (auteur, titre, lieu d’édition, maison d’édition, date, nombre de pages) et que l’auteur du compte rendu précise le nom de l’organisme auquel il est rattaché, de même que la fonction qu’il y occupe.

1ère partie : Résumé de l’ouvrage

Le résumé est la partie descriptive permettant de faire connaître l’ouvrage ou le site de manière objective : quels sujets sont abordés, dans quel ordre ils sont traités, point de vue et démarche de l’auteur, conclusion.

2e partie : Analyse critique

L’analyse critique permet au lecteur de juger de la qualité de la recherche, des résultats ainsi que de leur présentation. Elle présente en détail des arguments sur les forces et les faiblesses des éléments présentés dans le résumé : pertinence et actualité du choix du thème et de l’approche, caractère logique ou original de la démarche et du plan, conclusions convaincantes ou inattendues… Tout cela de manière à donner une lecture nuancée de l’ouvrage ou du site, qui dépasse le simple cadre descriptif de la partie précédente.

3e partie : Évaluation de l’ouvrage

L’évaluation de l’ouvrage termine le compte rendu. On connaît alors le point de vue de l’auteur sur l’ouvrage ou le site analysé. Ce dernier s’efforce alors de préciser, dans un texte synthèse, ce que l’ouvrage ou le site recensé apporte à la discipline et comment il peut enrichir la pratique quotidienne de l’archivistique.

Droit de réplique :

L’auteur d’un ouvrage ou d’un site Internet ayant donné lieu à un compte rendu critique dans la revue pourra demander un droit de réplique. Il sera ainsi en mesure de corriger des perceptions qu’il juge erronées ou faire valoir ses choix et points de vue. La longueur de la réplique devrait être proportionnelle à celle du compte rendu.

Processus d’évaluation et de révision
Entre la soumission d’un texte et sa publication, il peut s’écouler entre 3 mois et une année. Les textes soumis sont lus une première fois par l’équipe de rédaction, puis un processus de d’évaluation par les pairs, en simple aveugle, est appliqué. Pour ce faire, l’équipe de rédaction fait appel à deux experts inconnus de l’auteur, qui évaluent le contenu des textes. Une grille d’évaluation est remplie et un processus de dialogue avec l’auteur est entamé par la rédaction. À la suite de cet échange, le texte est remis à une équipe de réviseurs linguistiques et le processus de publication est amorcé.
Présentation du texte

La longueur de la contribution doit comprendre entre 5 000 et 25 000 mots (tableaux, figures et références non compris), dans la police Times New Roman 10, avec des marges de 3 cm sur chaque côté et une interligne de 1,5. Le texte doit être justifié et un double saut de ligne doit être effectué entre l’introduction, les différentes parties et la conclusion. Chaque paragraphe doit commencer par un retrait et les titres doivent être numérotés.

Un compte rendu doit être d’une longueur d’environ 1 200 à 1 500 mots, mais il peut compter plus de mots lorsqu’il porte sur un ouvrage volumineux et au contenu particulièrement riche; il ne devrait pas alors dépasser 3 000 mots.

Nom de l’auteur

Les noms de l’auteur et co-auteurs éventuels, leur fonction et leur institution ou organisme d’appartenance sont mentionnés après le titre du texte sous cette forme :

Prénom Nom Titre professionnel, nom de l’organisme.

Exemple : Julie LeBouthiller Archiviste, MRC des Maskoutains

Le nom de l’auteur est repris à la fin de son texte, avant les notes et la bibliographie.

Tableaux, graphiques, images, etc .

Les tableaux, les graphiques et illustrations doivent être remis dans des fichiers distincts avec indication de leur emplacement dans le corps du texte. Afin d’éviter les erreurs, tous les éléments graphiques doivent être titrés clairement. Leur titre doit être en gras, centré et sous le tableau, graphique ou image.

Résumé et mots clés

Un résumé de 150 à 200 mots doit être présenté dans un fichier distinct, lors de la soumission du texte. Il ne doit contenir aucune abréviation ni citation. Il doit être accompagné de 5 mots-clés pertinents. La rédaction se donne le droit de modifier le résumé et le choix des mots-clés afin d’assurer un référencement optimal par la revue Archives.

Il n’est pas nécessaire d’ajouter un résumé ainsi que des mots-clés pour les comptes rendus critiques.

Règles d'écritures

Nous suivons les normes de l’Office québécois de la langue française (OQLF) tels que diffusés sur leur site web (www.oqlf.gouv.qc.ca).

Abréviations

Les abréviations, sigles et acronymes doivent être expliqués lors de leur première apparition dans le texte et, ensuite, être utilisés de manière cohérente et invariable. Aucune abréviation ne sera utilisée dans le titre ni dans le résumé. Pour ne pas nuire à la clarté, elles doivent être en nombre restreint.

Chiffres

Il est préférable d’écrire en lettres les nombres se terminant par « 0 » (20, 50, 1000, etc.) ainsi que les chiffres de 21 et moins. Les nombres comprenant plusieurs « 0 » tels que des millions ont avantage à être écrits en lettre. Ex : 53 millions.

Les années sont inscrites en chiffre (ex : 2017, 2010-2020), mais les siècles sont en chiffres romains avec seulement la lettre e en exposant (ex : XIXe siècle, XXe siècle, XXIe siècle).

Italique, caractères gras ou soulignés

La mise en italique sera faite selon les normes en vigueur et s’appliquera notamment aux expressions/locutions étrangères et aux noms d’ouvrages.

L’utilisation du caractère gras est à éviter.

Le soulignement est réservé aux liens hypertextes.

Ponctuations et espacements

Il n’y a pas d’espace avant la virgule et le point, mais il y en a une ensuite. Ne pas faire un double espace après un point.

Les guillemets français appellent une espace à l’extérieur et une espace insécable à l’intérieur.

Les deux-points, les points d’exclamation et d’interrogation demandent une espace insécable avant et une espace ensuite.

Les espaces insécables se créent parfois automatiquement dans le traitement de texte. Pour créer une espace insécable dans Word sous Windows, appuyer simultanément sur « Ctrl+Maj+Espace »; et avec un MAC, « Alt+Espace ».

Citations et références

L’indication de la référence doit être placée à la fin de la citation, entre parenthèses. La référence comporte le nom de famille de l’auteur, la date de l’ouvrage,  et dans le cas dans d’un extrait précis, le numéro de page. Tous les éléments sont séparés par une virgule.

Exemples : (Major, 2017, p.13) ou (Mazoir, 2010)

Les citations courtes, de moins de 40 mots, se feront entre guillemets « … ».

Exemple de citation courte : Selon les experts, l’AAQ est « la meilleure association professionnelle » (Tremblay, 2016, p. 32).

Pour les citations longues, dépassant les 40 mots, sont indiquées par un saut de ligne et un retrait, sans les guillemets, comme dans l’exemple suivant :

Selon les experts, l’AAQ est

la meilleure association professionnelle que l’univers est créé car ses membres sont extraordinairement intelligents et ses bénévoles très dévoués. Une chance que nous avons cette association pour nous représenter et publier la revue Archives! L’AAQ fête d’ailleurs cette année ses 50 ans. (Tremblay, 2016, p. 32)

 

Bibliographie - Normes de l’APA (American Psychological Association) adaptées pour la revue

La revue Archives fait le choix d’opter pour l’utilisation des règles de présentation reliées aux normes de l’APA. De nombreuses ressources sont disponibles en ligne sur l’utilisation de ces normes. Les bibliothèques de l’Université de Montréal en proposent deux : citer selon les normes de l’APA et un tableau imprimable. Ces outils ont été utilisés pour illustrer les exemples qui suivent.

L’APA requiert d’insérer un alinéa (i.e. une tabulation) d’environ 1 cm au début de la deuxième ligne et des lignes subséquentes de chaque référence.

Une différence : le nom de famille des auteurs d’article, d’ouvrage ou de sites web sont en majuscule.

Article

MAUREL, D. et BERGERON, P. (2008-2009). Quel rôle pour les archivistes dans la gestion de la mémoire organisationnelle? Archives 40(2), 27-44.

Article électronique (sans DOI)

BISSONNETTE, N. (2012-2013). Gestion des courriels : stratégies, technologies et bonnes pratiques. Archives 44(1), 77-113. Repéré à https://archivistes.qc.ca/recherche-dans-archives

Article électronique (avec DOI)

GAGNON-ARGUIN, L. (2008). Les revues professionnelles en sciences de l’information au Québec Documentation et bibliothèques54(2), 189-192. doi : 10.7202/1029333ar

Livre

COUTURE, C. et al. (1999). Les fonctions de l’archivistique contemporaine. Sainte-Foy: Presses de l’Université du Québec.

Chapitre

HÉOM, G. (1999). La classification. Dans Couture, C. et al. Les fonctions de l’archivistique contemporaine. (219-254) Sainte-Foy: Presses de l’Université du Québec.

Mémoire ou thèse (électronique, sur le Internet)

MAS, S. (2007). Schémas de classification et repérage des documents administratifs électroniques dans un contexte de gestion décentralisée des ressources informationnelles. (Thèse de doctorat, Université de Montréal). Repéré à https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/1433

Communication à une conférence ou un congrès

LARIVIÈRE, V. (2015, novembre). Transformations de l’édition savante à l’ère numérique. Communication présentée au séminaire 2015 d’Érudit, Montréal, Québec. Repérée à http://www.seminaire2015.org/

 Page Internet individuelle

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA. (2006).  Classification selon la fonction. Repéré à http://www.bac-lac.gc.ca/fra/services/gestion-ressources-documentaires-gouvernement/lignes-directrices/Pages/classification-documents-selon-fonction.aspx

 Billet dans un blogue

ROY, S. (2016, 18 janvier). Environnement et gestion documentaire [Billet de blogue]. Repéré à https://archivistesqc.wordpress.com/2016/01/18/environnement-et-gestion-documentaire/

 Wikipédia et autres wikis

Science de l’information. (s.d.) Dans Wikipédia, l’encyclopédie libre. Repéré le 28 février 2016 à https://fr.wikipedia.org/wiki/Science_de_l%27information